Lucides, de Ron Bass et Adrienne Stoltz, Robert Laffont (Collection R), 2014 (parution le 24 avril), 18.50€, 9782221134368.

fiche_lucides

Résumé:

Sloane, jeune fille sérieuse, mène une vie tranquille dans une ville de la côte américaine. Maggie, jeune fille indépendante, entame une carrière d'actrice à New York. Les deux filles ne pouvaient pas être plus différentes. Elles partagent pourtant un secret des plus intimes : toutes les nuits, chacune vit la vie de l'autre en rêve. Et plus le temps passe, plus leurs mondes fusionnent. Sloane et Maggie ont de plus en plus de mal à distinguer le rêve de la réalité. Elles auront à choisir leur vraie vie ou risquer de sombrer dans la folie, même si cela signifie renoncer à un monde, un amour et à soi-même pour toujours.

Mon avis:

Et hop, on continue avec un nouvel "R", et un véritable coup de coeur pour son originalité ! Je me suis lancée sans savoir où je mettais les pieds, parce que j'aime être surprise! Et là, le mot est faible, j'ai été emballée, bluffée, malmenée et entourloupée (je ne suis pas certaine que cet adjectif existe...) comme rarement ! Ce roman navigue entre rêve et réalité, donnant à voir de manière spectaculaire comme la vie des uns dépend de celle des autres, et comme les destins s'entremêlent parfois, au-delà de toute logique. Comment être sûre qu'on est vraiment réel, que tout n'est pas le fruit de l'imagination d'un autre, une gigantesque supercherie diabolique?! A la fois conte moderne, thriller ô combien psychologique et romance adolescente, "Lucides" nous transporte dans deux univers bien disctincts, mais très riches, dont on ne sait dès le début s'ils sont réels. Alors forcément, on lit avec une attention exacerbée, on fait attention à chaque détail, on tente de s'imprégner des ambiances pour mieux déceler le moindre indice, la moindre variation d'atmosphère. 

Les auteurs sont de grands scénaristes, et ça se sent. Même si, je l'avoue, la chute ne m'a pas totalement séduite (la faute au reste du roman que j'ai adoré!), on dévore les pages au rythme des nuits et des jours de nos héroïnes, tendue vers l'envie d'en découvrir toujours plus, et de démêler le vrai du faux. Deux très bons triangles amoureux, un peu stéréotypés mais sensuels et mignons, donnent un côté plus léger à la première moitié du livre. Mais des questions existentielles et des événements rudes du passé de Maggie et Sloane donnent de la profondeur, et parfois de la gravité à ce texte si on s'arrête un instant pour reprendre son souffle et imaginer, ne serait-ce qu'une seconde, cette situation sur-réaliste, extra-ordinaire! 

Chacune des héroïnes est traversée d'un doute, est-elle réelle, celle qui imagine l'autre, ou bien est-elle elle-même la création fantasmée de l'autre. Et si on pouvait, comme ça, disparaître d'un seul coup, effacée de cette vie onirique créée de toute pièce? Perdre qui l'on est, et surtout tous ceux qu'on aime? 

Parlons un instant des personnages : les jeunes filles sont très différentes, Maggie est sûre d'elle, passionnée, enflammée par la vie, et Sloane est plus réfléchie, secrète et moins sûre d'elle. Un peu comme le soleil et la lune, elles se complètent totalement, et tout en sachant qu'elles sont une, elles ne se confondent pas un instant. Leurs univers à toutes les deux sont riches de personnages secondaires fantasques et attachants (notamment Jade, la petite soeur qu'on ne croise que dans les romans, Andrew et James tout autant idéalisée l'un que l'autre par nos héroïnes, et les parents...). Le style est moderne et simple, les dialogues sont pétillants et drôles! Rire garanti grâce au sens de la répartie de Maggie et Sloane !

Ce roman, en plus de nous faire découvrir deux jeunes filles drôles et attachantes, nous fait réfléchir à de nombreuses choses de la vie. La tension qu'on retrouve au fil des pages m'a fait penser aux romans de Cat Clarke (chez le même éditeur) ou "A comme aujourd'hui" aux Grandes Personnes, le malaise dû à une incertitude angoissante rappelle le "Truman Show" par exemple, ou tous ces livres ou films qui jouent avec nos nerfs de manière magistrale. Je reviens sur cette chute, dont j'attendais plus. Je voulais être surprise, j'avais envisager mille et uns scénarii possibles, et je voulais être autant prise au dépourvu que je l'ai été tout au long du roman, mais finalement, cette fin est claire et moins brutale que je ne le craignais (avis à ceux qui souffrent à la fin de chaque Cat Clarke, vous serez normalement épargnés!) et c'est bien comme ça aussi.

Bref, je vous conseille cette lecture (dès 13/14 ans, mais les plus grands y trouveront leur compte aussi) si vous aimez l'originalité, le suspense, les romans d'amour et d'amitiés, les réflexions sur la vie, sur soi et les autres, sur la limite souvent ténue entre rêve et réalité, l'imagination débordante et la folie...