Les Collisions, de Joanne Richoux, collection Exprim', éditions Sarbacane, 4 avril 2018, 288 pages, 15,50 €, 9782377310739.

Couv-Les-Collisions-620x987

 Présentation de l'éditeur : 

Gabriel et Laetitia entrent en Terminale Littéraire. Lui, il est brumeux et arrogant. Elle, elle est fière comme pas possible et cleptomane.
Eux, ils s’ennuient royalement, et ils ont comme une envie de le faire payer à tout le monde…

Ça tombe bien : cette année, ils vont étudier Les Liaisons dangereuses.

Forcément, ça va leur donner des idées… Acoquiner Solal et Ninon, par exemple.
Rendre fou Dorian, l’ex de Laetitia, à l’aide de théories du complot.
Et puis Gabriel, il pourrait tenter de décrocher un rencard avec Mademoiselle Brugnon, la prof d’Arts Plastiques.
Bref : Valmont et Merteuil ont trouvé leurs proies,
Tout est en place. À deux doigts d’exploser.
Mon avis :
Coming-out littéraire : Les Liaisons dangereuses est un livre que j'ai lu et relu à l'adolescence, tant j'ai été subjuguée par l'histoire, les personnages, et la plume caméléonesque (tu vois ce que je veux dire?) de l'auteur. Et voilà que Joanne Richoux, dont j'ai lu avec plaisir Marquise l'an passé (holala, je ne l'ai pas chroniqué... Oups...), s'empare de cet univers pour nous offrir une version moderne et très rock'n roll de cette histoire aux thèmes intemporels. Oui, parce que des gens barrés, passionnés et sado-maso, tu vois, y'en aura toujours...
Alors je ne vais pas te raconter l'intrigue, parce que soit tu la connais déjà, soit tu vas la découvrir (mais attention, je te conseille de lire Laclos d'abord, sinon, tu rates plein de références). Mais ce que je peux te dire, c'est que Joanne a su provoquer chez moi le même sentiment doux-amer vis-à-vis de Laetitia/Merteuil, et de Gabriel/Valmont que celui que j'ai en lisant la version originale. Et ça, déjà, c'est du grand art ! Ils sont tout aussi intensément détestables et captivants qu'on s'attend à les trouver en ouvrant le livre. Les personnages secondaires sont très attachants et bien plus réalistes qu'on le voudrait, pour éviter de s'identifier... On souffre avec eux, on se dit que les années lycée, quand on rencontre des gens comme Gabriel et Laetitia, ça peut être hard... Et j'ai plongé à corps perdu dans les mots noirs et rouges de Joanne, j'ai respiré les volutes des clopes et des parfums envoûtants de ces démons séduisants, d'autant que j'avais deux bonnes heures de train devant moi, juste ce qu'il me fallait pour lire d'une traite. J'ai dû quand même reprendre mon souffle une ou deux fois, mais quelle lecture apnéique ! Et la chute, je me demandais quel choix Joanne avait fait, et elle a eu bien raison de faire celui-là ! Le ton est incisif et brut, le style percutant et poétique. Forcément rock, parce que Joanne, c'est là qu'elle excelle, qu'elle vibre. Et on le sent quand on soulève un coin de phrase : elle kiffe ses personnages, elle se délecte à les torturer, et elle joue avec eux pour se jouer de nous, et moi, j'adore :)
Je n'en dis pas plus, si ce n'est que la couverture est un bijou (mais je ne suis pas objective, dès qu'on parle Arts du fil, je dis banco !). À lire dès 14 ans, la playlist du livre en boucle dans les oreilles.

IMG_20180407_164552_1[1]